Retour anim-fr

L'implication dans les groupes (production collective)


Synthèse sur l'implication dans les groupes

Notions de base

  • Mobiliser : un acte fait par une personne sur d'autres pour les faire agir
  • S'impliquer : le fait de la personne elle même qui choisit d'agir

Les moteurs de l'implication

  • * L'implication facilitée par la motivation: ce qui nous pousse à agir en relation avec un but recherché (Isabelle)
    • * La qualité des relations
      • * Organiser régulièrement des rencontres physiques et les compléter avec des rencontres virtuelles pour être en contact le plus souvent possible (Michel E.)
    • * Avoir de l'estime de soi ou être valorisé \\
    • * Que le groupe ait un but partagé par la majorité des membres
      • * comment définir un but ? pourquoi on est ensemble ? l'objectif de produire quelque chose ensemble ?
    • * Le niveau de responsabilisation de l'individu (Iska et Moumouni)
      • * comment repérer ceux qui sont motivés dans un groupe pour les responsabiliser ? (Moumouni)
    • * Créer les conditions d'une liberté de parole
    • * Avoir du temps à y consacrer et (penser) avoir quelque chose à ajouter au débat (Marie-Pierre)
    • * Le Flow, agir sans attendre de récompense externe (lien )
    • * La coopération c'est une attitude d'une personne en attention, qui en envie de faire avec, qui mutualise, passe et relie .. dans la diversité et la singularités de nos histoires et situations (Michel B)
    • * Avoir plusieurs animateurs

Les freins à l'implication

  • * Les freins dus à l'internet \\ * le problème de la gestion de la grande quantité de mail (Michelle)
    • * une page avec quelques solutions (n'hésitez pas à compléter)
    • * Solution : Pouvoir contribuer avec un simple "j'aime" (Marie-Pierre)
    • * Prendre en compte que tout le monde n'est pas égal face à la connexion internet (Michel E.)
  • * les contraintes
  • * quand les objectifs affichés au départ ne sont pas mis en oeuvre (Pierre)
  • * quand le but est trop prégnant ou trop figé
  • * Prévoir des étapes réalisables avec une approche à petits pas (Michel E)
  • * Reconnaître plusieurs scénarios possibles pour la réalisation des objectifs (Michel E)
  • * Analyser les pratiques effectives de participation et accepter éventuellement de corriger le tir. (Michel E)


  • * Le leader narcissique
    • * Les narcissiques sont de mauvais chefs
    • * La richesse de la réflexion collective dépendrait du niveau de partage des données au sein d’un groupe, favorisé d’après cette étude par l’attention portée aux idées de chacun
  • * le manque de confiance
    • * le mode de prise de décision et d'expression sont d'autant plus important que les personnes sont impliquées (Michel E)
  • * une trop faible sécurité (si on vient de perdre son boulot il devient difficile de s'impliquer dans des projets)
  • * Si il est difficile d'entrer dans le groupe … ou d'en partir (Michel E.) la difficulté à pouvoir se désengager (si je ne peux pas me désabonner facilement d'une liste, il y a peu de chance que j'accepte d'y être…)
  • * Les seuils
  • * Si le projet est difficile à comprendre (d'où la règle KISS : "Keep It simple and Stupid")(Michel E)
    • * Prévoir des synthèses périodiques
    • * Conserver les archives des discussions, décisions…
    • * Mettre en place une animation simple, transparente, stable et surtout réactive
  • * Si l'animateur n'est pas assez réactif
  • * La désimplication
  • * système EPM : lorsque vous avez des personnes disent "et puis merde !", il y a de forte chances qu'ils se désimpliquent

Accepter la non participation

  • * Lire et écouter c'est aussi participer
    • * "je me rends compte que même si j'ai eu du mal à contribuer de façon active (en écrivant), j'ai suivi avec attention les messages." (Stéphanie)
  • * Il faut déculpabiliser ceux qui ne peuvent pas s'impliquer de façon constante (Garlann)
    • * Valoriser les actions réalisées plutôt que de pointer ceux qui ne participent pas
    • * Cela permet de s'impliquer de nouveau dès que l'on peut (ou on veut)

Théories autour de l'implication dans les groupes


L'implication dans des cas particuliers


Autres références


Déroulé des échanges sur la liste


Nous étions partis sur la question de l'implication dans les groupes de travail, avec la distinction entre Mobiliser (qui est un acte fait par une personne sur d'autres pour les faire agir) et S'impliquer (qui est le fait de la personne elle même qui choisi d'agir). L'idée de départ était aussi de qualifier les différents niveaux d'implication et de mettre à jour les moteurs de l'implication (ou de la désimplication).
Ce qui est ressorti de nos échanges, en premier lieux sur les niveaux d'implication dans les groupes, est que tout le monde ne veux pas ou ne peux pas s'impliquer de la même manière.

Comme l'a fait remarquer Stéphanie : "je me rends compte que même si j'ai eu du mal à contribuer de façon active (en écrivant), j'ai suivi avec attention les messages. Et, lire et écouter, c'est aussi participer ?". Ainsi dans un groupe de plusieurs centaines de personne, ceux qui ne sont pas actif ne sont pas forcément inactif. De plus ils peuvent réagir parfois à certaines problématiques, sans pour autant avoir un rôle moteur dans le groupe.
Par ailleurs, il a été mis en avant par Michelle qu'une non-participation à des listes peut être liée à la gestion des mails. Plusieurs solutions à la gestion de la grande quantité de mail que nous recevons a été proposé : http://imaginationforpeople.org/wiki/workgroup/animfr/participation-en-ligne (n'hésitez pas à compléter).

Vis-à-vis des personnes qui pourraient être moins impliquées, dans le cadre d'un groupe où les participants ne sont pas contraint, Garlann proposait de déculpabiliser ceux qui ne peuvent toujours s'impliquer de façon constante. Ainsi chacun doit pouvoir à tout moment avoir "une petite baisse de régime". Déculpabiliser permettra à cette personne de s'impliquer de nouveau dès qu'elle en aura la possibilité (ou l'envie). Dans ce sens il est préférable dans un groupe non contraint de valoriser les actions, plutôt que de pointer ceux qui ne participent pas.
Concernant ce qui facilite l'implication, il a été mis en avant par Iska et Moumouni que c'est le niveau de responsabilisation de l'individu dans le groupe qui détermine son implication, mais aussi sa motivation.

Pour la responsabilisation, il faut avant tout repérer les personnes qui sont motivées selon Moumouni. Ainsi, une chose est de responsabiliser l'individu dans le groupe, une autre est de responsabiliser les plus motivés. La question est donc de savoir comment repérer ceux qui sont motivés dans un groupe?

Il faudrait donc définir ce qu'est la motivation. Pour Isabelle, la motivation c'est ce qui nous pousse à agir, en relation avec un but recherché. On est motivé pour faire quelque chose surtout si on a un but. Cette motivation diminue en général sous la contrainte et augmente avec l'estime de soi ou la valorisation. L'animateur devrait créer les conditions d'une liberté de parole, valoriser la participation, expliquer le but. Dans ce sens un groupe doit avoir un ou plusieurs objectifs, partagés par la majorité de ses membres.

Pierre nous a proposé d'analyser les démotivations pour mieux comprendre les motivations. En effet on peut être démotivé quand les objectifs affiché au départ ne sont pas mise en œuvre (différence entre ce qui avait été souhaité (envisagé) et ce qui est apparu). Si le but du groupe est trop prégnant ou trop figé, les participants peuvent être confrontés à une déception, source de démotivation.
De plus la qualité des relations entretenues pendant les échanges est importante. Si les relations sont désagréables, le décrochage s'en suit. Il faudrait donc éviter le modèle de relations rigide ou fermé.

Ainsi pour conclure, dans un groupe où les participants ne sont pas contraints, il faut accepter la non-participation. Dans ce sens il est contre-productif de culpabiliser ceux qui ne participeraient pas. C’est au contraire par la valorisation les actions des personnes les plus motivées, que le groupe continuera à se développer. De plus il faut que les objectifs affichés du groupe ou de la communauté soit à la fois clair, partagé par le plus grand nombre et assez souple pour s’adapter aux opportunités.

Références : \\
- Rolland Viau : http://www.ccdmd.qc.ca/correspo/Corr5-3/Viau.html Dix conditions pour motiver (des élèves), document assez clair et dont le contenu me semble transposable à beaucoup d'autres contextes.\\
- "Psychologie de la motivation" : http://www.psychomotivation.net/ \\
- Proposition de Michel sur l'implication dans un groupe éphémère : http://imaginationforpeople.org/wiki/workgroup/animfr/groupe-ephemere. \\